Le gâteau qui sent bon Mamet


J’avais une grand-mère qui sentait bon, super bon dans sa cuisine. Elle sentait le bon gâteau. Chez elle je mangeais des flans, des crèmes, des biscuits, des cakes, du bouillon de pot au feu avec un œuf cassé dedans (eurk), de la soupe alphabet avec du Maggi dedans, et de la petite viande dans une casserole émaillée bleu étoilé. mais je me souviens surtout de l’odeur de la cuisine grâce à ingrédient confidentiel : la fleur d’oranger. C’est ma mère qui me l’a dit une année pendant qu’on fleurissait sa tombe, en avance… (mais je ne sais pas pourquoi il ne FAUT PAS le faire le jour dit).

Bref. La potion miracle de Mamet qui parfumait la cuisine c’était de l’eau de fleur d’oranger dans une bouteille en verre bleu.

Du coup à la Toussaint je sors la mienne (mon pharmacien me la vend dans une bouteille brune et laide desormais).
Et je fais un gâteau vite fait en profitant d’une insomnie. Parce qu’un lever du jour qui sent le souvenir aimant de sa Mamet, c’est fort.
Dans un cul de poule, versez 2 faisselles de 100 g chacune et égouttées, 2 pots ( des faisselles) de sucre blanc, 3 œufs, 5 c. à soupe d’eau distillée de fleur d’oranger, 1 pot d’huile de pépins de raisins. Fouettez. Ajoutez 3 pot de farine, 1/2 paquet de levure chimique. Fouettez pour faire un ruban. Versez dans un moule à cake habillé de papier sulfurisé. ( Je n’aime pas beurrer fariner, j’en ai plein les doigts). Enfournez une heure à 160 °C. Débrouillez-vous pour que la croûte soit craquante, dorée, et la mie fine, moelleuse, juste mouillée.
Sinon recommencez.


Mais aussi